Nouvelles générales : Les tiques gagnent du terrain au Québec et les cas liés à la maladie de Lyme sont en hausse.

Les tiques gagnent du terrain au Québec et les cas liés à la maladie de Lyme sont en hausse.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a mis la population en garde contre la maladie de Lyme qui est en progression au Québec. En effet, selon l'INSPQ, le risque d'acquisition de la maladie est maintenant très réel dans de nombreuses régions de la province.

Alors qu'en 2015, on avait dénombré environ 100 cas dans la province, la situation a rapidement évolué au fil des années suivantes et ainsi, on en a dénombré près de 400 en 2019. Mais ce qui est encore plus inquiétant, c'est que la proportion de cas ayant acquis leur infection dans la province est passée d'environ 50 % en 2013 à plus de 70 % depuis 2015.

L'INSPQ ne cache pas que cette hausse du nombre de cas est directement lié à la propagation d'un spécimen particulier. L'agence a d'ailleurs déclaré sur Twitter que "La tique à pattes noires gagne du terrain et elle a plus de chances d'être porteuse de la bactérie responsable de la maladie qu'avant".

C'est par la piqûre d'une espèce communément appelée tique du chevreuil ou tique à pattes noires) que la bactérie Borrelia burgdorferi cause la maladie de Lyme. 

À l'heure actuelle, l'INSPQ a établi qu'on retrouvait sa présence dans le nord et l'ouest de l'Estrie; une grande partie de la Montérégie; le sud-ouest de la région de la Mauricie-et-Centre-du-Québec; et le sud-ouest de l'Outaouais.

De plus, l'INSPQ a identifié des zones "endémiques" où les risques d'être piqué par la tique à pattes noire sont plus élevés. On retrouve notamment parmi ces zones des municipalités comme Drummondville, Granby, Bromont, Cowansville, Magog, Lac-Brome, Acton Vale, Boucherville, Châteauguay, Longueuil, Mont-Saint-Hilaire et Saint-Bruno-de-Montarville.

D'autres secteurs ont aussi été identifiés par l'INSPQ comme étant des zones modérément risquées et on y retrouve entre autres les îles de Montréal et de Laval, ainsi que de nombreuses municipalités comme Québec, Trois-Rivières, Victoriaville, Orford, Sherbrooke, Gatineau, Joliette, Terrebonne et Saint-Jérôme.

Rappelons enfin qu'il est préférable d'éviter de se promener dans les herbes hautes et lorsque vous allez vous promener en forêt, pensez à porter des vêtements qui couvriront vos jambes et vos bras afin de réduire les risques de vous faire piquer.

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: iStock