Nouvelles générales : Libéré après 7 ans de détention arbitraire, ce criminel est un véritable mystère pour les autorités

Libéré après 7 ans de détention arbitraire, ce criminel est un véritable mystère pour les autorités

Les autorités canadiennes nagent en plein mystère…

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
9 9 Partages

Kashif Ali, un homme qui serait originaire de l’Afrique de l’Ouest, vient d’être libéré après avoir passé les sept dernières années en prison parce que les autorités canadiennes ne pouvaient déterminer son pays d’origine afin de l’expulser.

Son avocat, Jared Will, tente par tous les moyens en Cour fédérale de faire modifier le système de détention des immigrants au Canada. Selon le juriste, cette décision de la Cour supérieure de l’Ontario représente un gain significatif, a-t-il confié au Toronto Star cité par l’Agence QMI.

«Ce qui est très clair, c’est que c’est un rejet catégorique de la détention à durée indéterminée en attendant un renvoi, même s’il a pu être démontré que la personne détenue n’a pas collaboré, a déclaré l’avocat. C’est significatif et nous croyons qu’il s’agit d’un développement positif.»

Kashif Ali affirme être né au Ghana d’un père ghanéen et d’une mère nigériane, mais sa naissance n’a jamais été enregistrée. Il a déménagé au Nigeria avec sa mère, avant de vivre en Allemagne et aux États-Unis, pour ensuite entrer au Canada avec un faux passeport en 1986. Il a reconnu n’avoir jamais eu de documents d’identité légitimes.

Avec plusieurs crimes à son actif au cours des 20 dernières années, les autorités canadiennes ont essayé de l’expulser sans jamais y parvenir. Toujours selon le Star, Kashif Ali accepte d’être renvoyé du Canada, mais doute que le Ghana ou le Nigeria n’accepte de l’accueillir car il ne peut prouver sa citoyenneté.

Dans sa décision, le juge Ian Nordheimer a qualifié la détention arbitraire de M. Ali d’«inacceptable», précisant qu’elle avait contrevenu à ses droits garantis par la Charte.

«Il y a une chose qui est claire, et c’est que le Canada ne peut prétendre à la détention de quelqu’un pour toujours, a dit le juge. M. Ali n’a pas été reconnu coupable d’un crime, mais pourtant, il a été détenu pendant plus de sept ans dans des établissements de détention [...] s’il avait été reconnu coupable d’une infraction criminelle, il lui aurait été permis de créditer plus de dix ans et demi pour n’importe quelle peine qu’il aurait pu recevoir.»

Kashif Ali, 51 ans, a donc été remis en liberté sous certaines conditions, notamment celle de se faire traiter pour son problème de consommation de drogues. Mentionnons qu’il était le plus ancien détenu pour des motifs d’immigration au pays. 

Partager sur Facebook
9 9 Partages

Source: Agence QMI · Crédit Photo: Les Vingtenaires