Nouvelles générales : Manifestation contre la vaccination grippale obligatoire des enfants à Boston

Manifestation contre la vaccination grippale obligatoire des enfants à Boston

Une nouvelle de dernière heure!

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Alors que les enfants du Massachusetts ont désormais l'obligation de se faire vacciner dès l'âge de six mois contre la grippe afin de limiter l'impact d'une éventuelle seconde vague de COVID-19, environ un millier de personnes manifestaient à Boston ce dimanche contre cette nouvelle mesure.

C'est TVA Nouvelles qui rapporte cette information de dernière heure. Environ un millier de personnes manifestaient à Boston ce dimanche contre la vaccination contre la grippe obligatoire dans les écoles du Massachusetts. Une mesure mise en place par le gouverneur républicain Charlie Baker le 19 août dernier afin de limiter l'impact d'une éventuelle seconde vague de COVID-19. La chaîne de télévision précise que les élèves qui ont une contre-indication médicale ou religieuse, qui font l'école à la maison ou qui auront un enseignement 100% virtuel ne seront pas soumis à cette obligation.

Toutefois, cela a soulevé la colère de certains habitants de cet État qui voit en cette nouvelle mesure un nouveau moyen de limiter leurs libertés, indique TVA Nouvelles. C'est le cas de Carla Leclerc, kinésithérapeute. «Je suis fermement contre toute vaccination forcée, mais plus particulièrement contre la grippe, un vaccin qui n'est ni sûr, ni nécessaire, ni efficace».

Crédit photo: Capture d'écran vidéo YouTube WCVB Channel 5 Boston

La chaîne de télévision souligne que la plupart des manifestants présents ce dimanche à Boston ne portaient pas de masque et avaient des drapeaux encourageant la réélection de Donald Trump ou portaient des t-shirts avec une lettre «Q» en référence au mouvement d'extrême-droite conspirationniste «QAnon».

TVA Nouvelles rappelle que le Massachusetts fut sévèrement frappé par la crise sanitaire au printemps dernier. La situation est désormais sous contrôle, mais il y a toujours la menace d'une seconde vague de contaminations qui plane.