Nouvelles générales : Mère ignoble, cette Québécoise utilisait sa fillette comme jouet sexuel avec des animaux

Mère ignoble, cette Québécoise utilisait sa fillette comme jouet sexuel avec des animaux

L'enfant a enduré les pires horreurs durant 8 ans...

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
1,269 1.3k Partages

Un couple de parents de Saint-Lin connaîtra en septembre prochain la peine qui leur sera infligée à la suite de l’histoire d’horreur sexuelle qu’ils ont fait subir pendant des années à leur fillette.

Selon le Journal de Montréal, l’homme de 31 ans et la femme de 30 ans, qu’on ne peut nommer afin de protéger l’identité des enfants, ont reconnu leur culpabilité à de nombreux chefs d’accusation, dont contact et agression sexuelle, incitation à des contacts sexuels, production et distribution de pornographie juvénile.

La poursuite exige 10 ans de prison ferme pour la mère, alors que la défense souhaite plutôt une peine de six à sept ans. L’homme devra pour sa part subir 60 jours d’évaluation à l’Institut Philippe-Pinel pour déterminer s’il sera déclaré délinquant à contrôler. Ses propres représentations sur sentence auront lieu à une date ultérieure.

Le calvaire de la fillette a débuté alors qu’elle n’avait qu’un an et les sévices se sont poursuivis pendant sept ans. Ses parents étaient adepte de l’échangisme et de la bestialité en utilisant leur enfant comme objet sexuel. Ils ont entre avoué avoir eu des relations sexuelles avec un autre couple de Québec en impliquant leurs enfants respectifs.

Plus de 9000 photos et 37 vidéos la montrant semi-dévêtue ou complètement nue ont été découvertes. On  y voit entre autre l’enfant faire une fellation à un homme. Sur plusieurs de ces photos, la fillette portait un masque pour cacher son identité.

«Ces enfants devront vivre avec des conséquences toute leur vie. La jeune fille a été utilisée comme un objet par sa famille. L’impact psychologique est énorme. La mère tentait de rassurer la jeune fille sur ce que lui faisait subir son père, valorisait ses comportements déviants en instaurant un système de récompense si l’enfant se conformait à leurs désirs.»

Son frère, qui a eu la chance de ne pas être utilisé comme objet sexuel, a malgré tout vécu dans un milieu où les agressions étaient quotidiennes. 

Partager sur Facebook
1,269 1.3k Partages

Source: Journal de Montréal
Crédit Photo: Archives