Nouvelles générales : «Mes champs se faisaient vider»: l’autocueillette de fraises connaît un succès sans précédent

«Mes champs se faisaient vider»: l’autocueillette de fraises connaît un succès sans précédent

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que la période d'autocueillette de fraises d’été a pris fin il y a quelques jours, elle a connu un succès sans précédent. S'il y avait une certaine crainte de ne pas écouler leurs stocks chez plusieurs producteurs, ils sont nombreux à avoir enregistré un nombre record de visiteurs.

C'est La Presse qui rapporte cette bonne nouvelle qui risque de vous donner le sourire. En effet, l’autocueillette de fraises d’été a connu un succès sans précédent cette année au Québec. De nombreux producteurs affirment avoir enregistré un nombre record de visiteurs. C'est le cas de Francine Héroux, copropriétaire de la Ferme horticole Gagnon en Mauricie. «On ouvrait l’autocueillette à 7 h. Dès 6 h 30 le matin, il y avait déjà une file d’attente. Je n’avais jamais vu ça», raconte-t-elle au quotidien.

Si sa ferme a été ouverte pendant seulement 2 semaines pour l'autocueillette, elle explique que son établissement a connu entre 20 et 30% de clients supplémentaires en comparaison avec l'année dernière. Même son de cloche chez Roseline Drolet où elle n'avait jamais vu un tel engouement pour sa fraisière de Saint-Augustin-de-Desmaures en 40 ans de métier. «On ne s’attendait pas à ça, admet-elle. On ne savait pas si les gens allaient rester chez eux ou sortir. Eh bien, ils sont sortis. J’ai dû limiter ma capacité. Mes champs se faisaient vider plus rapidement. Je n’en ai pas eu assez pour répondre à la demande. Cette année, la plupart du temps, on devait fermer à midi parce que le champ avait été vidé».

Crédit photo: Adobe Stock

C'est ce qu'on appelle être victime de son succès. Une belle surprise pour ces producteurs qui étaient dans l'incertitude. «L’appel du gouvernement pour l’achat local a été vraiment entendu. Les gens restent au Québec, ils restent dans leur région. Ils restent dans leur cour. Ils vont aller chercher les activités qui sont accessibles et près de chez eux», a expliqué Francine Héroux à La Presse. Pour Josée Larose, copropriétaire du Roi de la fraise à Saint-Paul-d’Abbotsford, il y a également un autre facteur qui explique cette affluence record. «Il y a quand même un retour à la terre. Les gens ont dans l’idée de cuisiner beaucoup plus», a-t-elle confié au quotidien.

Pourtant, La Presse indique que cette année, la saison des fraises d’été a été écourtée. «Ce qu’on a vu cette année, ce sont des plants moins productifs parce qu’ils avaient le stress de la chaleur et le stress hydrique dans certains cas. Donc, on voyait de plus petits fruits et beaucoup moins de fruits», indique Jennifer Crawford, directrice générale de l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock