Nouvelles générales : “On annonce des morts à tous les jours. L'heure est grave. Ça ne va pas bien. Il n'y a pas de quoi danser.”

“On annonce des morts à tous les jours. L'heure est grave. Ça ne va pas bien. Il n'y a pas de quoi danser.”

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

L'ex-mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, a réagi par rapport au vidéoclip dans lequel est apparu le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, en déclarant que ce dernier devrait "se calmer le pompon".

C'est sur les ondes de QUB radio, au micro de Benoit Dutrizac, que St-Hilaire a lancé: "Je pense que Horacio doit se calmer le pompon. Il est directeur de la santé publique. On annonce des morts à tous les jours. L'heure est grave. [...] Ça ne va pas bien. Il n'y a pas de quoi danser. Il n'y a pas de quoi voir le directeur de la santé publique s'exciter, faire du rap. Moi, j'ai un profond malaise. Garde-toi une petite gêne. Je trouve que là, il dépasse le cadre de sa fonction. Moi, je pense qu'il faut qu'il revienne à son poste, à sa fonction."

L'animateur Benoit Dutrizac a questionné l'ex-mairesse sur les capacités du directeur national de la santé en matière de relations publiques. À cet effet, la commentatrice a déclaré: "Moi, je pense que Horacio Arruda doit se concentrer sur sa job et sa job elle est immense. Premièrement, au côté du premier ministre, il doit nous rassurer, il doit nous informer, il doit s'assurer que sur le terrain, ça se passe bien. S'il manque d'ouvrage et qu'il a tant de temps pour faire des communications, il y a peut-être un problème. Si on était sorti de la crise et qu'on était ailleurs, je trouverais ça sympathique. [...] Mais là, je suis désolé, je regarde ce qui se passe et il y a quelqu'un qui ne fait pas sa job à quelque part et pendant ce temps-là, on a du fun."

Enfin, la commentatrice a aussi fait allusion aux autres apparitions effectuées par le Dr Arruda au cours des dernières semaines, tout en déclarant: "Le party, on le fera quand on sera sorti de chez nous."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Québec · Crédit Photo: Capture d'écran