Nouvelles générales : «On s'en va vers une augmentation importante du prix du panier d'épicerie, c'est inévitable»

«On s'en va vers une augmentation importante du prix du panier d'épicerie, c'est inévitable»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Alors que la crise sanitaire a forcé les commerçants à faire des ajustements entraînant de nouvelles dépenses, le prix du panier d'épicerie est amené à augmenter de manière importante.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui va sans doute faire le tour du Québec. En effet, en raison de la crise sanitaire et des dépenses supplémentaires qu'elle a engendrées chez les commerçants, le prix du panier d'épicerie est appelé à augmenter de manière importante. La chaîne de télévision indique que l'Association des détaillants en alimentation du Québec et le Conseil canadien du commerce de détail estiment qu'il devrait connaître une hausse de 4 à 7 %.

Pour Franck Henot, le propriétaire de l'Intermarché Boyer, à Montréal la crise sanitaire a englouti tous ses bénéfices engendrés au cours de la période du 12 avril au 9 mai. Il a confié à Radio-Canada avoir prévu 36 677 $ de bénéfices, mais les dépenses supplémentaires pour faire les ajustements nécessaires à la situation actuelle lui ont coûté 37 475 $. «C'est important pour moi de dévoiler ces chiffres, parce que dans les dernières semaines on a entendu beaucoup de commentaires comme quoi les épiciers sont en train de faire fortune. Ce n'est pas du tout le cas», explique-t-il à la chaîne de télévision.

Crédit photo: Page Facebook Intermarché Boyer

Parmi ses nouvelles dépenses, Franck Henot a évoqué l'embauche d'un gardien de sécurité pour s'assurer que son magasin ne soit pas trop achalandé, raconte Radio-Canada. À cela viennent s'ajouter des frais mensuels pour l'achat de masque et de désinfectants. L'augmentation du paiement sans contact fait en sorte que les frais prélevés, par des entreprises comme Visa et MasterCard, sont plus élevés en cette période de crise sanitaire. Le nombre d'employés présents au cours d'une journée a également augmenté tout comme les livraisons.

Radio-Canada indique que deux autres facteurs expliquent la hausse inévitable du panier d'épicerie: les difficultés rencontrées pour s'approvisionner aux États-Unis et la faiblesse du dollar canadien. «J'ai déjà commencé à recevoir beaucoup de produits qui ont augmenté, avant même d'inclure mes propres frais», déplore Franck Henot. Pour Pierre-Alexandre Blouin, le PDG de l'Association des détaillants en alimentation du Québec, la situation n'évoluera pas tant qu'on sera dans une crise sanitaire. «Il va malheureusement y avoir une augmentation des prix, surtout si les mesures de distanciation sont maintenues».

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock