Nouvelles générales : “Pas beaucoup de choses qui ont changé dans les faits. On est loin d’être hors de danger”

“Pas beaucoup de choses qui ont changé dans les faits. On est loin d’être hors de danger”

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

De nombreux experts ont dit ressentir de l’inquiétude à la suite des assouplissements de certaines règles sanitaires qui ont été annoncés mardi par le premier ministre du Québec.

Alors que plusieurs établissements pourront enfin rouvrir leurs portes dès le 8 février, de nombreux experts disent craindre que le « petit déconfinement » annoncé par François Legault comporte certaines « incertitudes ».

Benoît Mâsse, qui est professeur de médecine sociale et préventive à l'École de Santé publique de l'Université de Montréal, a expliqué sur les ondes d’ICI Radio-Canada, à l’émission Tout un matin, qu’il accueillait très positivement la nouvelle et que ce retour en classe ferait « énormément de bien ».

Toutefois, Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, ne voit pas ce retour du même œil : « C’est une question de gestion de risques, mais demander aux étudiants des cégeps de venir en présentiel, je ne vois pas du tout la pertinence de ça à ce stade-ci. »

Kim Lavoie, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en médecine comportementale et professeur titulaire à l’UQAM, partage un avis très similaire à Cécile Tremblay. Selon Mme Lavoie, les annonces faites par le gouvernement Legault auraient demandé davantage de préparation : « Rouvrir les universités et les cégeps, on n’est pas prêt à ça. […]  Quand je regarde les tendances, il n’y a pas beaucoup de choses qui ont changé dans les faits […] On est loin d’être hors de danger. »

Enfin, selon le Dr Quoc Dinh Nguyen, gériatre et spécialiste en épidémiologie au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, de nombreux facteurs auraient dû être pris en compte avant d’en venir à une telle décision, dont le risque lié aux nouveaux variants du coronavirus et les approvisionnements en vaccins qui sont retardés. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran