Nouvelles générales : Paul Arcand s'en prend à la police de Laval

Paul Arcand s'en prend à la police de Laval

Tous les détails ici...

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
220 220 Partages

Paul Arcand était furieux, jeudi matin, lors de son émission Puisqu'il faut se lever, diffusée sur les ondes du 98,5 FM. Le populaire animateur de radio a pris plusieurs minutes pour parler d'une situation qui touche sa collègue Monic Néron et la police de Laval.

Il demande des excuses officielles de la Police de Laval envers Monic Néron pour des propos grossiers, vulgaires et sexistes.

C'est dans le cadre de la commission Chamberland sur la protection et la confidentialité des sources journalistiques que la police de Laval est dans l'eau chaude. Un mandat de perquisition a en effet été donné en 2014 pour accéder aux messages textes de Monic Néron puisque la journaliste avait reçu des informations provenant d'un policier de Laval.

«La police de Laval a pas aimé ça. Ils ont le droit. Ils ont déclenché une enquête interne pour trouver qui parlait avec Monic Néron.»

Le policier en question a été avouer à ses supérieurs le lendemain qu'il avait bel et bien coulé de l'information à la journaliste. Mais même si le coupable avait été trouvé, le Service de police de la Ville de Laval a tout de même décidé d'ouvrir un dossier criminel pour aller fouiller dans les données du cellulaire de la journaliste.

«La police de Laval a laissé sous-entendre que Monic Néron avait couché avec des policiers pour avoir des informations. Ou à tout le moins, les policiers voulaient coucher avec elle et c'est pour ça qu'on lui donnait des informations. Je n'utiliserai pas ce matin, par respect pour Monic, les mots de l'enquêteur dans l'affidavit. Mais c'est très grossier et vulgaire.»

«Est-ce qu'on aurait dit la même chose de moi? J'ai une information, je couche avec ma source ou la source veut coucher avec moi? Est-ce qu'on aurait dit ça de Claude Poirier? De Patrick Lagacé ou de Fabrice de Pierrebourg? Ben non, on est des gars. Mais comme Monic est une jeune femme qui travaille dans le monde des médias, selon nos brillants policiers de Laval, si elle a des informations c'est qu'elle couche avec quelqu'un ou que quelqu'un veut coucher avec elle.»

De nombreux membres des médias ont pris la défense de la journaliste en dénonçant vigoureusement les propos tenus par la Police de Laval.

Partager sur Facebook
220 220 Partages

Source: 98,5 FM · Crédit Photo: Capture d'écran YouTube