Nouvelles générales : Pire crise mondiale en 150 ans: jusqu'à 100 millions de personnes pourront basculer dans l'extrême pauvreté

Pire crise mondiale en 150 ans: jusqu'à 100 millions de personnes pourront basculer dans l'extrême pauvreté

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les perspectives économiques du monde ne sont pas du tout joyeuses. Selon la Banque mondiale, le nombre de pays en récession fait de cette crise la pire depuis la Grande Dépression des années 1870. C'est du jamais vu depuis 150 ans. L'impact économique de la crise sanitaire a été massif et très rapide, malgré l'aide des gouvernements. Et c'est sans compter les 400 000 décès liés au virus alors que le nombre de morts dans le monde ne cesse de grimper. 

Malgré la relance de certains pays, « les économies ont besoin d’une action mondiale urgente », a alerté Ceyla Pazarbasioglu, vice-présidente de la division Croissance équitable et Finance, lors d’une conférence téléphonique.

« C’est une crise qui devrait laisser des cicatrices pendant longtemps et poser d’immenses défis à l’échelle mondiale », a-t-elle ajouté.

En conséquence, entre 70 et 100 millions de personnes pourraient basculer dans l'extrême pauvreté selon la Banque mondiale. 

La Banque mondiale prévoir actuellement un rebond en 2021, mais une deuxième vague d'infections pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l'économie. 

Pour Ayhan Kose, directeur des perspectives de développement, cette crise ressemble à un désastre naturel. Si les gouvernements devaient mettre les activités sur pause une deuxième fois, le PIB mondial pourrait se contracter de 8 %.

« Ces interruptions de l’activité pourraient forcer des entreprises à cesser leur activité et à rembourser leur dette », alertent les auteurs du rapport présenté ce lundi. 

Même avec un taux de croissance de 4,2 % l'an prochain, « dans de nombreux pays, les profondes récessions provoquées par la COVID-19 devraient peser sur la capacité de croissance pour les années à venir », souligne le rapport.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Adobe Stock