Nouvelles générales : Plus de 27 000 personnes réclament le port de caméras corporelles pour les policiers de Montréal

Plus de 27 000 personnes réclament le port de caméras corporelles pour les policiers de Montréal

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Des milliers de Montréalais ont signé une pétition demandant que leurs policiers soient équipés de caméras corporelles. 

La pétition en ligne a recueilli plus de 27 000 signatures.

Le 3 juin dernier, ICI Radio-Canada rapportait que la mairesse Valérie Plante appuyait l'octroi de caméras aux agents, or le parti d'opposition officiel de la Ville, ensemble Montréal, accuse celle-ci de "manquer de leadership" dans cette affaire. 

De 2016 à 2017, un projet pilote avait vu le jour, mais celui-ci avait été jugé trop coûteux à mettre en œuvre, faisant ainsi en sorte que le mouvement visant à mettre des caméras corporelles obligatoires sur les agents du SPVM avait pris fin.

Le SPVM a indiqué que les caméras avaient causé plusieurs problèmes logistiques, tout en ayant "peu d’impact" sur les incidents policiers. Les agents avaient également déclaré qu’ils se sentaient comme s’ils étaient surveillés. 

Le port de caméras corporelles est l’une des nombreuses mesures proposées par les personnes qui s’inquiètent de la brutalité policière. De nombreuses études ont cependant démontré des résultats mitigés quant à cette mesure.

Le chef de l’opposition, Lionel Perez, d’Ensemble Montréal, a déclaré cette semaine à La Presse: "Nous avons nos propres enjeux sur le profilage racial [à Montréal]. Les études démontrent que c’est un outil, pas le seul outil, mais un outil qui aide justement à s’assurer d’une meilleure [reddition de comptes], de plus de transparence et ça change le comportement des policiers."

Le professeur agrégé Massimiliano Mulone, de l’École de criminologie de l’Université de Montréal, a déclaré pour sa part que le port de caméras pourrait ne pas apporter les résultats souhaités: "Ce n’est pas ça qui va améliorer les relations [entre les policiers et les minorités]. [La caméra corporelle], c’était aussi pour répondre aux gens qui filment, pour dire : on aura chacun notre version filmée."

Enfin, l’inspecteur André Durocher qui travaille au SPVM, a expliqué à La Presse: "Si un policier fait une interception pour conduites avec facultés affaiblies, au niveau de l’accumulation de preuves, c’est intéressant. Si vous appelez pour une entrée par effraction, il n’y a aucune valeur ajoutée."

Cliquez ici pour consulter la pétition en ligne

Source: Mtl Blog · Crédit Photo: Adobe Stock