Nouvelles générales : Port du masque obligatoire: Une employée de 14 ans se fait insulter par des clients

Port du masque obligatoire: Une employée de 14 ans se fait insulter par des clients

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Ce dimanche, une jeune fille de 14 ans travaillant dans un dépanneur en Estrie s'est fait insulter par plusieurs clients qui refusaient de porter un masque alors qu'il est obligatoire dans les lieux publics fermés.

C'est TVA Nouvelles qui rapporte l'histoire de Malorie Darveau, une adolescente de 14 ans qui travaille au dépanneur Accommodation Marbleton de la municipalité de Dudswell depuis à peine un mois. La jeune fille a vécu un dimanche difficile parce qu'elle a été la cible d'insultes de la part de plusieurs clients qui refusaient de porter un masque. «T'as 13 ans, tu vas pas me dire quoi faire», «rentres-toi le où je pense ton masque» ou «calvaire, c'est cave ton affaire» font partie des commentaires qu'elle a reçus. Au total, elle estime avoir refusé de servir plus d'une demi-douzaine de clients.

TVA Nouvelles précise que ces commentaires épouvantables venaient de gens qui ne vivent pas dans la municipalité. Les habitués du dépanneur, quant à eux, se sont dits choqués par cette histoire. Si dans l'ensemble, les Québécois respectent bien la règle du port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés et partiellement couverts, il y a toujours des exceptions qui n'y vont pas avec le dos de la cuillère.

TVA Nouvelles indique que Malorie Darveau a partagé son expérience sur le groupe Facebook Babillard Dudswell où l’on peut constater que la journée de dimanche l'a profondément marqué. «C’était mon premier jour de travail pour moi depuis le port du masque et j’avais bin beau garder la tête haute, ne pas lâcher, me dire que c’est des simples commentaires, mais ça joue énormément dans le mental. Ce genre de commentaires blesse les gens, mais surtout enlève la confiance en soi».

Elle a tenu aussi à rappeler qu'elle ne fait que respecter une mesure obligatoire et que toutes les insultes du monde ne pourront rien n'y faire. «Les commentaires que vous dites aux caissier(ères), le personnel... ne va pas changer la règle. Mon travail est simplement comme caissière je fais le travail qui est demandé... mais mon travail n’est pas d’écouter les insultes que les gens disent».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: iStock