Nouvelles générales : Postes Canada impose un quota de colis aux entreprises québécoises

Postes Canada impose un quota de colis aux entreprises québécoises

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Postes Canada a accumulé un important retard dans ses livraisons de colis ces derniers mois si bien qu'elle a décidé d'imposer un quota de colis aux entreprises québécoises, a indiqué La Presse. 

Par exemple, Tristan est limité à deux « cages », ce qui correspond à deux palettes par jour alors que les envois pouvaient atteindre huit cages pendant la crise. L'entreprise doit donc étaler ses envois dans la semaine pour répondre au quota qu'on lui impose. 

La Vie en Rose a déploré pour sa part une baisse de volume de 40 % attribuable à ces quotas. 

« On est passés de 10 baskets à 4. On a négocié pour 6 et on les [compacte] plus serré, mais on est allés chercher Fedex », a fait savoir le président de La Vie en Rose, François Roberge, qui utilise le deuxième transporteur en « back-up » surtout pour l'ouest du Canada.

Si seules ces deux entreprises ont parlé des quotas à La Presse, le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) a confirmé au média d'information que plusieurs détaillants se sont vus imposer un quota à la demande de Postes Canada. 

« La plupart de ces entreprises sont réticentes à témoigner de cette exigence de la société de la Couronne "pour ne pas nuire à leurs relations d’affaires" », a affirmé Stéphane Drouin, directeur général du CQCD.

Postes Canada a confirmé avoir mis ces mesures en place à Montréal et à Toronto pour faire « face à une augmentation énorme et soudaine de la demande ».

Charles Fortin, responsable du commerce en ligne chez Tristan, estime que ces quotas ont permis de livrer les colis dans un délai raisonnable contrairement à la mi-mai quand « certains colis pouvaient rester coincés pendant un mois ».

Stéphane Drouin a encouragé les gens à revenir en boutique. 

« Ça démontre le grand avantage du commerce direct. C’est comme retrouver nos bons repères : il y a des gens qui vous attendent en magasin », a-t-il déclaré à La Presse.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook