Nouvelles générales : Pour son ancien prof d'arts martiaux, Derek Chauvin «savait ce qu’il faisait»

Pour son ancien prof d'arts martiaux, Derek Chauvin «savait ce qu’il faisait»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le décès tragique de George Floyd a provoqué une véritable onde de choc aux quatre coins de la planète, l'ancien professeur d'arts martiaux de Derek Chauvin affirme que ce dernier «savait ce qu’il faisait».

C'est La Presse qui rapporte cette nouvelle qui est en train de susciter de nombreuses réactions. En effet, Andre Balian, l'ancien professeur d'arts martiaux du policier Derek Chauvin, qui a tué George Floyd à Minneapolis le 25 mai dernier, a décidé de briser le silence et de s'exprimer sur son ancien élève. Lorsqu'il a vu les images de cette arrestation terriblement violente, il n'a aucun doute sur les intentions de Derek Chauvin. «Il savait ce qu’il faisait», explique-t-il. «Il est impensable qu’il n’ait pas su quel type de dommages il était en train de provoquer ou pouvait provoquer dans cette situation».

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'Andre Balian ne garde pas de très bons souvenirs de Derek Chauvin qu'il qualifie «d'abruti». La Presse raconte qu'il se souvient qu'il avait l'habitude de dévisager toutes les personnes autour de lui. Celui qui est professeur à la Southern Praying Mantis Kung Fu Association espère qu'il aura la sanction qu'il mérite. « Il savait ce qu’il faisait et que c’était mal, et ils n’ont pas intérêt à le laisser se tirer d’affaire».

La Presse souligne que Derek Chauvin était un habitué des plaintes pour abus au cours de sa carrière de policier. Le quotidien indique qu'il en a fait l'objet d'une quinzaine en 19 ans de service. Parmi elles, il y a notamment celle où il a sorti une femme brutalement de sa voiture pour un simple excès de vitesse.

Selon James Butcher, expert en examens psychologiques pour les aspirants policiers, Derek Chauvin n'aurait jamais dû intégrer la police, relate La Presse. «Il est très difficile d’imaginer qu’une personne censée avoir fait l’objet d’un examen pour détecter des problèmes de santé mentale puisse commettre des violences physiques pareilles à l’encontre d’une autre personne (...) Il est très clair qu’il y a eu un problème de détection des troubles de la personnalité qui émanaient de son comportement».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Courtoisie