Nouvelles générales : Propagation du virus: des gens demandent la fermeture des saunas gais et des clubs échangistes

Propagation du virus: des gens demandent la fermeture des saunas gais et des clubs échangistes

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Pierre Côté, un médecin qui travaille dans une clinique du Village gai, s'inquiète des risques d'éclosion « extrêmement élevé » liés aux saunas gais et aux clubs échangistes. Une inquiétude que semblent avoir des gens qui fréquentent le quartier gai de Montréal, selon des forums de discussion. 

« Ces lieux ne DEVRAIENT PAS ÊTRE OUVERTS », a écrit notamment un internaute sur la page Mon Village Montréal. Selon lui, « le but premier » des saunas gais est de « favoriser les échanges [intimes] entre inconnus », il n'y a donc aucun respect de la distanciation physique ou du port du masque. 

D'autres internautes ont suggéré de tenir un registre des clients, mais ce sont des lieux qui sont souvent fréquentés pour l'anonymat qu'ils offrent. 

La santé publique n'est toutefois pas inquiète du risque de propagation dans ces lieux. 

« Il n’y a pas eu de cas [de COVID-19] dans les saunas gais », a déclaré à La Presse Sarah-Amélie Mercure, médecin spécialiste en santé publique à la Direction de santé publique de Montréal.

« On n’a pas de raison de considérer que ces milieux-là représentent un risque plus élevé que d’autres milieux », a-t-elle ajouté. 

De plus, Sarah-Amélie Mercure a ajouté que « le déconfinement ne vise pas un risque zéro ». Les autorités s'attendent donc à voir des cas dans la communauté, mais souhaitent plutôt contrôler la propagation du virus. De plus, la fermeture des saunas pourrait déplacer le problème ailleurs selon la santé publique. 

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et la Direction de santé publique ont déjà visité des saunas la semaine dernière et ont pu s'assurer qu'il n'y avait aucune infraction. Les saunas et clubs échangistes sont soumis aux mêmes règles sanitaires que les autres établissements comme les bars.

Pour limiter la propagation du virus sans renoncer aux moments d'intimité, la Colombie-Britannique a recommandé les « glory holes », un trou percé dans un mur pour y insérer son membre et avoir une relation avec une personne de l'autre côté du mur. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock