Nouvelles générales : «Quand il n'y a personne je ne mets pas mon masque»

«Quand il n'y a personne je ne mets pas mon masque»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Le port du masque ou du couvre-visage est maintenant obligatoire à l'extérieur, à Bruxelles, suite à un rebond du nombre de nouveaux cas confirmés de la COVID-19. 

L'annonce a été faite par le chef du gouvernement, Rudi Vervoort, jeudi dernier, et la mesure est entrée en fonction ce mercredi pour les 1,2 million d'habitants. 

« Les chiffres en hausse ne signifient pas nécessairement que la situation est très sévère aujourd'hui, mais ils représentent un signal d'alarme pour intervenir et éviter une aggravation », a expliqué Frédérique Jacobs, porte-parole du Service public fédéral de la santé, en conférence de presse. 

Mais qu'en pense les habitants? Selon les constations de l'Agence France Presse, ils étaient plusieurs à ignorer les consignes. Seules quelques personnes avaient adopté le port du masque à l'extérieur dès jeudi matin. 

« Quand il n'y a personne je ne mets pas mon masque. Dès qu'il y a un peu de monde, je le mets, je respecte les autres », a dit une sexagénaire, à l'Agence France Presse. 

« Je ne vois pas pourquoi je porterais le masque si la rue est déserte. Il y a la loi et l'esprit de la loi », a commenté pour sa part une femme dans la trentaine.

Le mesure ne fait évidemment pas l'unanimité. Selon l'épidémiologiste Yves Coppieters, « c'est plutôt un aveu d'échec, c'est comme si on était déjà en train de perdre le fil des transmissions des clusters (foyers). Il faut agir plus localement », a-t-il déclaré à la chaîne RTBF.

La Belgique avait déjà imposé le port du masque dans les lieux publics fermés le 11 juillet dernier. La nouvelle mesure concerne maintenant tous « les lieux publics » et « les lieux privés accessibles au public », à l'exception de certaines activités comme la pratique d'un sport ou un travail physique intensif. 

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock