Nouvelles générales : Québec songe à des moyens de répression contre les manifestations anti-masque

Québec songe à des moyens de répression contre les manifestations anti-masque

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Deux manifestations contre le port du masque obligatoire, à Montréal et à Québec, ont beaucoup fait réagir ce week-end. La vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, envisage maintenant de s'attaquer au problème par de possibles moyens de répression. 

Dimanche, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) avait fait le choix de ne pas intervenir pour ne pas brimer le droit fondamental de manifester, prévu à la Charte des droits et libertés, et ainsi provoquer une réaction démesurée des manifestants.

« Je suis entièrement d'accord sur l'importance du droit de manifester. Il n'y a personne qui veut remettre ça en question », a déclaré Geneviève Guilbault, en marge d'un point de presse, ce jeudi. 

« Pour des événements où il y a vraiment une dérogation affichée aux consignes de santé publique, un événement qui porte lui-même sur l'adversité envers les consignes de santé publique, il faut quand même s'outiller pour intervenir », a-t-elle précisé. 

Geneviève Guilbault souhaite respecter les libertés fondamentales tout en optant pour une « approche graduelle » de répression. 

« C'est ce qu'on est en train d'évaluer », a-t-elle avoué. 

 « Même si vous n’y croyez pas, on est dans une société. Il n’y a personne qui peut se soustraire aux règlements, donc conformez-vous aux directives de santé publique s’il vous plait », a insisté Geneviève Guilbault.

Le directeur du SPVQ, Robert Pigeon, a déclaré que les forces de l'ordre pourraient intervenir dans l'éventualité d'une autre manifestation contre le port du masque dans laquelle les manifestants ne respecteraient pas les consignes de la santé publique comme le port du masque et la distanciation physique. 

« Si on était face à une manifestation en écart marqué par rapport à ce qui est attendu, ce n'est pas parce qu'on ne l'a pas fait [dimanche] qu'éventuellement qu'on n'interviendrait pas pour mettre fin à la manifestation », a-t-il affirmé. 

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran