Nouvelles générales : Réouverture des lieux de culte le 22 juin à certaines conditions

Réouverture des lieux de culte le 22 juin à certaines conditions

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Si les lieux de culte peuvent reprendre leurs activités le lundi 22 juin prochain, leur réouverture est soumise à certaines conditions qui vont fondamentalement bouleverser l'expérience des individus qui les visitent, mais aussi celle de ceux qui y travaillent.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui est en train de susciter de nombreuses réactions. En effet, la réouverture des lieux de culte le lundi 22 juin prochain se fera à certaines conditions. Si la reprise de leurs activités est une bonne nouvelle après trois mois et demi de fermeture en raison de la crise sanitaire, il va falloir faire des concessions et cela commence par limiter le nombre de visiteurs. «Pour le moment, on va se concentrer sur le fait qu’on peut accueillir 50 personnes. Ce n’est vraiment pas beaucoup», souligne le cardinal et archevêque de Québec, Gérald Cyprien Lacroix.

S'il se dit soulagé de pouvoir reprendre ses activités, il a toutefois exprimé son mécontentement concernant la manière dont les lieux de culte ont été traités par le gouvernement. «Nous, les pasteurs de l’Église catholique et d’autres confessions, on trouve qu’on a été les grands oubliés dans tout ça», a-t-il confié à Radio-Canada. «La crise a mis en évidence une profonde méconnaissance des religions et des bienfaits qu’elles procurent à des centaines de milliers de personnes au Québec. Il est regrettable que l’autorisation de rouvrir les lieux de culte ait été retardée par cette méconnaissance».

Crédit photo: Adobe Stock

Gérald Cyprien Lacroix affirme que l'attitude du gouvernement envers les lieux de culte a déplu à de nombreuses personnes. «On comprend qu’on n’est pas une réalité économique pour le gouvernement, mais nos fidèles sont aussi très très déçus».Radio-Canada indique que la réouverture des lieux de culte alors que la crise sanitaire n'est pas encore terminée va engendrer des dépenses supplémentaires. «C’est tout un travail que de se préparer. Ça demande de l’investissement pour du matériel». 

Des dépenses importantes qui vont mettre certains lieux de culte dans une situation économique délicate comme l'explique Pierre Gingras curé de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste, à Québec. «C’est catastrophique. L’an dernier, on a fait, pour le mois de mars, 50 000 $ en quête, en don, en mariage et en funérailles. Cette année, c’est zéro. Avril s’annonce pour être la même chose. Je ne sais pas ce qu’il va se passer».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran