Nouvelles générales : Richard Martineau accuse le gouvernement Legault d'essayer “de nous en passer une dans la gorge”.

Richard Martineau accuse le gouvernement Legault d'essayer “de nous en passer une dans la gorge”.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le chroniqueur et animateur Richard Martineau voit d'un très mauvais oeil le projet de loi 61 du gouvernement Legault.

C'est lors d'une de ses interventions très colorées sur les ondes de LCN que Richard Martineau a partagé son avis à propos du projet de loi 61, qui vise à relancer l’économie du Québec et à atténuer des conséquences de la crise sanitaire au Québec.

Dans l'éventualité où ce projet de loi serait adopté vendredi prochain, cela accélérerait la réalisation de 202 projets en suspendant l’obligation de procéder par appel d’offres, en plus de permettre au gouvernement de contourner plusieurs règles ou obligations.

De toute évidence, cela ne semble pas plaire du tout au chroniqueur qui a déclaré: "La CAQ est aimée des Québécois, 90% des francophones appuient la CAQ. On dirait qu’elle profite de ce niveau de confiance pour essayer de nous en passer une dans la gorge."

Le chroniqueur a notamment fait allusion à la commission Charbonneau qui avait dévoilé au grand jour tout un système de corruption et selon Martineau, le projet de loi 61 pourrait faciliter un important recul en ce sens: "Là, le gouvernement dit : ''on recule, on efface l’ardoise. Donnez-vous les pouvoirs et on va pouvoir contourner toutes ces lois qu’on s’est données pour se protéger". [...] Je ne suis pas un fan de Catherine Dorion, mais là elle a publié un graphique qui se promène sur les réseaux sociaux où elle montre tous les pouvoirs supplémentaires qu’on va donner au gouvernement... J’ai un de mes amis qui m’a appelé hier et qui m’a dit: ''Richard, je pense que je suis malade, je pense que je suis d’accord avec Catherine Dorion!'' [...] Surtout effacer tout ce qu’on a mis en place pour nous protéger. Ce sont de bonnes questions que l’opposition pose, et les centrales syndicales."

De plus en plus de mouvements et de citoyens s'opposent à ce projet de loi. Il faudra attendre à vendredi afin de connaître la suite.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Capture d'écran