Nouvelles générales : «Si on trouve Carpentier mort, on saura jamais vraiment ce qui s'est passé», dit Claude Poirier

«Si on trouve Carpentier mort, on saura jamais vraiment ce qui s'est passé», dit Claude Poirier

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

L'ancien négociateur Claude Poirier a commenté l'affaire Martin Carpentier au micro de Caroline St-Hilaire, sur les ondes de QUB Radio, ce lundi. 

Que s'est-il passé exactement entre le moment où Martin Carpentier est sorti acheter de la crème glacée avec ses filles et celui où on a retrouvé les deux fillettes décédées? 

« C'est un mystère total pour l'instant, je n'ai pas vécu ça souvent dans ma carrière une chose semblable », a déclaré Claude Poirier.

« Est-ce que quelqu'un qui a l'intention de tuer ses enfants va s'arrêter dans un endroit pour acheter de la crème glacée molle pis après ça, passer aux actes? », a-t-il questionné. 

« Qu'est qui s'est passé, peut-être, à la suite de l’achat des deux crèmes glacées [...] Est-ce qu’il a appris des choses? Est-ce qu’il s’est passé de quoi quand il est allé chercher les enfants? Est-ce qu'il y a eu une chicane ? Ça pour l'instant, on ne le sait pas, la Sûreté du Québec ne donne pas beaucoup de détails », a poursuivi Claude Poirier. 

Selon l'ancien négociateur, l'accident sur l'autoroute 20 ne peut s'expliquer que par « un geste volontaire » ou alors le conducteur s'est endormi au volant.

« Qu'est-ce qu'il s'est passé dans la tête de Carpentier? », s'est interrogé Claude Poirier. 

« Est-ce qu'il a déposé [les enfants] à un endroit pensant que quelqu'un viendrait les chercher ou pour aller chercher de l'aide? On ne le sait pas! », a continué Claude Poirier. « C'est la raison pour laquelle c'est crucial qu'on mette la main sur Carpentier vivant! Parce que si on trouve Carpentier mort, on saura jamais vraiment ce qui s'est passé. » 

Claude Poirier a aussi tenu à défendre le travail des policiers au début de l'affaire. 

« Ça a pris un certain temps pour déclencher l'alerte Amber », a-til dit, ce qui laisse sous-entendre, selon lui, que « la mère aurait laissé savoir au premier policier qu'il n'y avait pas de danger, que le père aimait bien les deux filles, il n'y avait pas d'inquiétudes ».

Écoutez l'entrevue complète de Claude Poirier :

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: QUB Radio · Crédit Photo: Capture d'écran