Nouvelles générales : Trafic aérien: pas de retour à la normale avant 2024, peut-être même 2027 à Paris

Trafic aérien: pas de retour à la normale avant 2024, peut-être même 2027 à Paris

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que les aéroports du monde entier fonctionnent au ralenti depuis plusieurs mois en raison de la crise sanitaire, ADP a annoncé que le retour du trafic aérien au niveau de 2019 à Paris est prévu entre 2024 et 2027.

C'est BFM TV qui rapporte cette nouvelle qui suscite de nombreuses réactions. En effet, Augustin de Romanet, le PDG d'ADP, s'est exprimé sur la grande crise que traverse l'industrie du transport aérien. Si ce secteur de l'économie a été frappé de plein fouet par la crise sanitaire, il compte bien se relever, mais cela prendra plusieurs années. «C'est la première fois depuis 50 ans que le trafic aérien connaît un à-coup aussi brutal et il est avéré que le rétablissement sera très progressif: un retour au niveau de trafic de 2019 à Paris est anticipé entre 2024 et 2027».

BFM TV explique que le groupe ADP va devoir se relever de toutes les pertes économiques enregistrées au cours des derniers mois. La chaîne de télévision explique qu'il essuie des pertes de 543 millions d'euros au premier semestre de 2020 alors qu'en 2019 à la même période, 250 millions d'euros de bénéfices ont été réalisés. Une conséquence directe de la chute du trafic aérien qui a diminué de 52% dans les aéroports de la capitale. «Les mois d'avril et mai ont connu un trafic quasiment nul et la reprise du trafic a été lente aux mois de juin et de juillet», souligne le PDG d'ADP.

Crédit photo: Adobe Stock

BFM TV précise que le chiffre d'affaires d'ADP est de 1,168 milliard au premier semestre, soit une baisse de 46,5%. Rien d'étonnant lorsqu'on sait que l'aéroport d'Orly a fermé pendant 3 mois. Toutefois, Augustin de Romanet indique que «le Groupe ADP a réussi à stabiliser sa situation financière». La chaîne de télévision indique qu'en raison du contexte actuel, les investissements qui devaient avoir lieu en 2020 vont subir une baisse de 400 millions d'euros.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: BFM TV · Crédit Photo: Adobe Stock