Nouvelles générales : Trois fabricants américains de vaccins contre la COVID-19 affirment qu'ils ne vendront pas le vaccin à prix coûtant.

Trois fabricants américains de vaccins contre la COVID-19 affirment qu'ils ne vendront pas le vaccin à prix coûtant.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que les sociétés Johnson & Johnson et AstraZeneca se sont engagées à vendre leurs vaccins contre la COVID-19 sans réaliser de bénéfice, des sociétés américaines, comme Pfizer, Merck et Moderna, qui travaillent elles aussi sur d'éventuels vaccins contre le nouveau coronavirus, ont fait savoir qu'elles ne le vendraient pas à prix coûtant. Les fabricants se sont prononcés à ce sujet lors d'une audition au Congrès américain qui a eu lieu mardi.

Questionné par un parlementaire à propos des intentions de sa compagnie quant au prix de vente d'un éventuel vaccin contre la COVID-19, le président de Moderna, Stephen Hoge, a déclaré: "Nous ne vendrons pas à prix coûtant."

Le vaccin développé par Moderna fait partie des prototypes qui sont les plus avancés et des essais à grande échelle dits de phase 3 devraient même commencer la semaine prochaine sur 30 000 volontaires. 

En ce qui concerne Julie Gerberding, de Merck, celle-ci a expliqué aux parlementaires que sa société ne serait pas en mesure de fournir un vaccin avant 2021, tout en précisant qu'elle n'avait pas signé de contrat d'approvisionnement avec Washington. Tout comme Hoge, Gerberding a déclaré que "Non, nous ne vendrons pas à prix coûtant".

Pour ce qui est de Pfizer, c'est John Young qui a pris la parole en déclarant: "C'est une période extraordinaire et notre prix le reflétera. [...] Durant la pandémie, nous fixerons le prix de notre vaccin potentiel en prenant en compte l'urgence sanitaire mondiale actuelle."

On sait toutefois qu'un contrat à 1,2 milliard de dollars a été signé par AstraZeneca, partenaire de l'université d'Oxford pour le développement d'un des vaccins les plus avancés à ce stade, avec l'agence Barda du gouvernement américain. Le contrat stipule notamment que le fabricant devra fournir la livraison de 300 millions de doses à prix coûtant, alors qu'une entente similaire a aussi été conclue avec l'Union européenne.

Enfin, pour ce qui est de Johnson & Johnson, le fabricant a précisé que le prix de plus d'un milliard de doses serait sans bénéfice pendant la phase d'urgence de la pandémie.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: iStock