Nouvelles générales : Ugo Fredette: les «gens sont méchants» en prison

Ugo Fredette: les «gens sont méchants» en prison

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Ugo Fredette racontait ses anecdotes de prison à une personne indéterminée en attendant la juge et les avocats à l’audience publique à partir de la nouvelle plateforme web du ministère de la Justice quand La Presse a tout entendu. 

« Je n’ai jamais eu de problème de violence dans mon enfance et mon adolescence » mais « je suis assez rusé », a dit Ugo Fredette en racontant une histoire de marchandage de pilules au sein de l'établissement de détention. 

Ugo Fredette a raconté que  les « gens sont méchants » en prison et qu'il y a des « présidents » qui donnent des « claques ». 

« J’aime mieux me faire frapper. J’ai empêché trois combats dans mon secteur, faque j’aurais pu me faire frapper. Mais j’étais pas mal un peu plus gros qu’eux autres. C’est peut-être pour ça que les gars ne s’essaient pas. J’ai pris du poids ici. C’est plus intimidant quand tu es plus gros », a-t-il détaillé. 

Ugo Fredette s'est même vanté d'avoir aidé le meurtrier Eustachio Gallese coupable du meurtre prémédité de Marylène Levesque.

« Le gars est arrivé avec des bandages sur les poignets. Il saignait de la main gauche. Je l’ai reconnu. Il me raconte l’histoire de la fille : moi, je pensais que c’était ma blonde, qu’il me dit. Des gars callaient son nom, ils l’ont reconnu. Je lui ai dit : pèse sur le bouton panique ! Les gars vont te sauter dessus ! Je l’ai fait sortir de la cellule », a-t-il relaté. 

Ugo Fredette a même dit avoir « sauvé le cul » d’un codétenu. 

« C’est plate, parce que j’ai dû le sortir de la wing. Les gars, quand ils sont appris ça, tout le monde voulait lui sauter dessus. Je ne voulais pas qu’il se fasse battre. Je lui ai sauvé la face », s’est targué le meurtrier.

Le psychiatre Dr Gilles Chamberland, premier témoin de la Couronne, a expliqué que Ugo Fredette a une « personnalité narcissique », lundi matin. 

Rappelons que Ugo a été reconnu coupable d'avoir tué son ex-conjointe de 41 ans, Véronique Barbe, dans leur maison de Saint-Eustache, en septembre 2017, parce qu'il ne voulait pas accepter leur rupture. Il a aussi tué le septuagénaire Yvon Lacasse en le battant à mort avant de voler son véhicule alors qu'il était en cavale avec un enfant de 6 ans qui avait été témoin du premier meurtre. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Capture d'écran