Nouvelles générales : Un autre accusé de meurtre échappe à son procès en raison de trop longs délais

Un autre accusé de meurtre échappe à son procès en raison de trop longs délais

C’est le second présumé meurtrier québécois à s’en sauver ainsi…

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
100 100 Partages

L’arrêt Jordan de la Cour suprême vient de permettre à un homme de main du crime organisé d’échapper à la justice.

Ryan Wolfson est devenu vendredi le deuxième présumé meurtrier québécois à bénéficier d’un arrêt des procédures en raison de délais jugés déraisonnables. Selon le Journal de Montréal, l’homme de 45 ans demeurera toutefois derrière les barreaux car il purge déjà une peine de prison à vie pour le meurtre de Frédérick Murdock commis à l’automne 2012.

Également reconnu coupable de deux autres tentatives de meurtre dans le même jugement en octobre dernier, Wolfson devait subir un nouveau procès en septembre prochain, cette fois pour le meurtre de Pierre-Paul Fortier et une tentative de meurtre contre l’ex-joueur de hockey Dannick Lessard.

Dans sa décision, le juge n’a pas été tendre envers la Couronne, responsable selon lui de ce fâcheux dénouement.

«Seule l’indolence de la poursuite explique l’accroissement des délais qui s’ajoutent à des délais institutionnels chroniques, a statué le juge Guy Cournoyer. Dans les circonstances, il s’avère regrettable que l’arrêt des procédures contre l’accusé doive être ordonné. La poursuite possédait les outils nécessaires pour faire juger l’accusé dans un délai raisonnable, mais elle ne les a pas utilisés. Malgré l’insistance de l’accusé pour faire valoir son droit, elle ne s’en est guère souciée.»

L’étude du cas Wolfson montre que si ce second procès à son endroit avait bel et bien eu lieu, il serait survenu plus de 58 mois après le dépôt d’accusation en novembre 2012, beaucoup plus que le délai de 30 mois imposé par l’arrêt Jordan.

La décision a beaucoup fait réagir les élus à Québec, la députée du PQ Véronique Hivon résumant le sentiment général. «C’est très grave. C’est vraiment toute la confiance du public, déjà tellement mise à mal à l’égard de son système de justice, qui est en train de voler en éclats.» 

Partager sur Facebook
100 100 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Archives