Nouvelles générales : Un braconnier qui a tué plus de 500 éléphants écope de 30 ans de prison

Un braconnier qui a tué plus de 500 éléphants écope de 30 ans de prison

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les autorités de la République du Congo ont révélé qu'un braconnier surnommé le "boucher de Nouabale Ndoki" a été condamné à 30 ans de prison.

Le célèbre braconnier nommé Mobanza Mobembo Gerard, qui s'en prenait notamment aux éléphants, a vu sa peine de prison prononcée devant un tribunal pénal de la République du Congo, après avoir été reconnu coupable de trafic d’ivoire d’éléphants braconnés, de tentative de meurtre de gardes du parc, de possession d’armes militaires et d’autres infractions.

Gerard a également été condamné à verser des dommages et intérêts de 68 000 dollars aux rangers blessés.

Il s’agit de la peine la plus longue qui ait été infligée à un braconnier du pays, le maximum précédent étant de cinq ans en raison de cas qui se terminent souvent devant un tribunal civil.

La Wildlife Conservation Society a révélé que Gerard a dirigé des expéditions de chasse en République du Congo et qu'il pourrait être responsable de la mort de près de 500 éléphants depuis 2008.

Une chasse à l’homme de trois ans a commencé lorsqu’une fusillade a éclaté entre Gerard et ses hommes et les gardes du parc au parc national de Nouabalé-Ndoki. Plusieurs gardes du parc ont été blessés dans la mêlée, mais heureusement, ils ont tous survécu.

Trois des hommes du braconnier ont été capturés et ont finalement donné suffisamment d’informations sur ses allées et venues pour que la police puisse le détenir.

Gerard a réussi à s’échapper en 2018 juste avant que son procès ne soit sur le point d’avoir lieu et une nouvelle chasse à l’homme a été déclenchée, qui a finalement abouti à son arrestation en juillet de l’année dernière.

La Wildlife Conservation Society a félicité la République du Congo pour avoir prononcé une peine sévère et ils espèrent qu’elle enverra un message aux autres braconniers que leur temps est venu.

Emma Stokes, directrice régionale de la WCS pour l’Afrique centrale, a déclaré dans un communiqué : « La condamnation est l’aboutissement de plus de trois ans de travail de l’Unité de lutte contre la criminalité liée à la faune du parc national Nouabalé-Ndoki et du département de lutte contre le braconnage."

Emma Stokes a poursuivi en déclarant: "C’est également le résultat d’une coopération fructueuse avec de multiples autorités congolaises, dont le Ministère de l’économie forestière, la police et les procureurs de district. Les investigations avaient révélé que Guyvanho dirigeait un groupe d’environ 25 braconniers qui, d’après le nombre de chasses signalées, auraient pu tuer plus de 500 éléphants dans la région depuis 2008.

« Cette condamnation sans précédent devant le tribunal pénal constitue une étape importante dans la protection de la faune sauvage en République du Congo.

« La détermination de la peine d’aujourd’hui envoie un message extrêmement fort selon le fait que la criminalité liée aux espèces sauvages ne sera pas tolérée et qu’elle sera poursuivie au plus haut niveau.

« Nous sommes convaincus que la peine d’aujourd’hui servira de moyen de dissuasion aux criminels potentiels que vous purgerez des peines difficiles si vous enfreignez nos lois sur la faune et si vous mettez en danger les gardes forestiers et la sécurité nationale du Congo. »

Le parc national de Nouabalé-Ndoki couvre environ 4 000 kilomètres carrés de forêt tropicale dense des plaines dans le nord du pays. Il a été créé en 1993 et a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012.

Il n’y a plus qu’environ 300 000 éléphants sauvages dans toute l’Afrique, comparativement au million d’éléphants sauvages qu’ils comptaient dans les années 1980.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Lad Bible · Crédit Photo: iStock