Un chat met des gens de Sherbrooke dans tous leurs états

« Quand on est sur le balcon et qu’on voit ce chat, on doit rentrer immédiatement. »

Grands Titres
Grands Titres
Publié il y a 7 mois
Un chat met des gens de Sherbrooke dans tous leurs états
Capture d'écran vidéo Twitter

Le secteur Mi-Vallon de Rock Forest fait face à un problème de taille depuis plusieurs mois. En effet, voilà que plusieurs citoyens se plaignent d'un chat qui sèmerait le chaos dans ce secteur, rapporte Radio-Canada.

Alors qu'un résident affirme avoir dû se rendre dans un centre hospitalier après avoir été mordu par le chat problématique, un chat a même dû visiter le vétérinaire à deux reprises après avoir été attaqué par ledit matou.

Raymond Vincent, un résident du secteur, a expliqué à Radio-Canada: «J’ai peur que les enfants se fassent attaquer par ce chat agressif. Il est très dangereux.»

L'homme a confié avoir interagi avec le chat à plus d'une reprise: «Quand il voit mes chats, le félin frappe dans la fenêtre. La nuit, ça nous réveille, parce que nos chats réagissent. [...]Quand on est sur le balcon et qu’on voit ce chat, on doit rentrer immédiatement.»

Anne-Sandrine Desautels, une autre résidente, a déclaré lors d'une entrevue avec Radio-Canada qu'elle avait vécu une interaction désagréable avec le chat: «Il était sur mon patio quand je suis sortie prendre du soleil. Il n’a pas voulu partir. Il s’est approché de moi avec les poils hérissés. Ça m’a donné une petite frousse. Je suis inquiète pour tout le monde dans le quartier.»

Du côté de la Société protectrice des animaux (SPA) de l’Estrie, la responsable des communications, Alexane Bégin, a fait remarquer que l'organisme avait peu de recours lors d'une telle situation: «En termes de réglementation municipale, il n’y a pas de mesure qui nous permet d’agir légalement quand un chat mord un citoyen à l'extérieur. Un chat a le droit d’être dehors tant qu’il porte son médaillon de la SPA. On peut par contre étudier les causes de l’agressivité, et si ces dernières sont liées à la santé de l’animal [...], on pourra intervenir de façon légale. [...] Puisque la réglementation municipale ne couvre pas ce genre d’incident avec des chats, ça démontre que ce sont des cas extrêmement rares et que le risque est quand même limité.»

Voici le reportage à ce sujet qui a été produit par Radio-Canada:

Mme Bégin a toutefois ajouté qu'il est fortement déconseillé de tenter d'entrer en contact avec un chat à l'extérieur: «En cas de problème, il faut également éviter de faire du mal au chat. On ne peut pas se défendre en essayant de blesser l’animal, en lui lançant des roches ou en le frappant. Il existe plutôt des astuces pour repousser un chat de son terrain. On peut utiliser des répulsifs comme des jets d’eau ou des odeurs désagréables pour les chats, tant que ça ne nuit pas à leur santé.»

Le président de l'entreprise spécialisée en comportement félin l’Éduchateur, Daniel Fillion, a précisé de son côté qu'il ne faut jamais prendre à la légère les morsures de chat: «Quand on se fait mordre par un chat, dès qu’on remarque des traces de sang, aussi petites soient-elles, il faut se rendre à l’hôpital dans les heures qui suivent. Il y a de forts risques d'infection, au point de représenter des dangers pour la vie humaine.»

Enfin, M. Fillion a conclu en faisant remarquer qu'il s'agissait d'un très particulier: «C’est la première fois que j'entends un cas qui semble aussi grave. [...] Ça me surprend beaucoup. C’est excessivement rare.»

Source: Radio-Canada