Nouvelles générales : Un détenu meurt de la COVID-19: «C’est comme si on l’avait abandonné»

Un détenu meurt de la COVID-19: «C’est comme si on l’avait abandonné»

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un homme de 72 ans qui avait fait part en mars dernier de ses inquiétudes au Protecteur du citoyen quant aux effets de la pandémie de COVID-19 sur sa santé est décédé derrière les barreaux des suites du nouveau coronavirus.

Robert Langevin, qui était détenu à l'Établissement de détention de Bordeaux en attente de son procès, avait expliqué au Protecteur du citoyen que son état de santé faisait en sorte qu'il devait prendre des médicaments sur une base quotidienne, en plus d'avoir besoin d'un masque à oxygène.

Dans la lettre qu'il avait adressée, Langevin avait confié: "Je suis un cas urgent, je suis vulnérable, je suis humain et j’ai des droits."

La pandémie aura finalement frappé le centre de détention quelques semaines plus tard, alors que 96 prisonniers et 39 employés ont contracté le virus, dont Langevin.

Ce n'était pas la première fois que Langevin se retrouvait derrière les barreaux, car par le passé, il avait été accusé d'une série de vols et d’entrée par effraction dans sa jeunesse. Les proches et les amis de Langevin ont toutefois indiqué que l'homme de 72 ans menait une vie tranquille depuis longtemps et qu'il avait bonne réputation.

Son dernier passage en prison était en raison d'accusations pour possession et trafic de stupéfiants.

Pierrette, la soeur de Robert Langevin, a expliqué à ICI Radio-Canada: "J’ai pas pu prendre soin de mon frère, c’est comme si on l’avait abandonné. [...] La première fois qu’on s’est parlé, il m’a dit : "Pierrette, inquiète-toi pas, tout est correct". [...] La deuxième fois, il m'a dit : "Mon audience est remise pis j'ai mal à la gorge", c'est là qu'on s'est inquiété."

C'est le 19 mai que la famille de Langevin a été informée que ce dernier se trouvait dans un état qui laissait craindre pour sa vie, et ce, après plusieurs semaines où sa famille s'était retrouvée sans nouvelle de lui. 

Enfin, Pierrette Langevin a conclu en se demandant: "Sur le coup, c'est un choc. Je n'ai pas pu lui parler, pis comment ça qu'ils n'ont pas répondu qu'il était si avancé que ça [...] Il n'est pas mort d’une crise cardiaque. Le virus, il y a eu un début, un milieu, avant la fin. Comment est-ce que c’est arrivé?"

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran