Nouvelles générales : Un enfant de 8 ans confié à son père alcoolique et violent plutôt qu'à sa mère

Un enfant de 8 ans confié à son père alcoolique et violent plutôt qu'à sa mère

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) a préféré confier un enfant de 8 ans à son père alcoolique et violent plutôt qu'à sa mère qui pourtant n'a rien à se reprocher.

C'est Le Soleil qui rapporte l'histoire de cet enfant de 8 ans qui risque de susciter de nombreuses réactions. En effet, il a été confié à son père alcoolique et violent plutôt qu'à sa mère qui pourtant n'a rien à se reprocher selon elle. Si à sa sortie de prison, c'était sa mère qui en avait la garde la majorité du temps, les choses ont changé avec la crise sanitaire. Au cours du confinement, elle a eu peur que le père de son enfant continue sa vie comme si de rien n’était sans se soucier des mesures sanitaires.  Elle a confié ses craintes à la nouvelle intervenante au dossier et la DPJ lui a retiré son enfant.

Le Soleil indique que c'est son père qui a obtenu la garde complète alors que l'intervenant n'est pas venu rencontrer la mère pour discuter de la situation. Une décision incompréhensible pour elle, surtout lorsqu'on sait que le père a fait de la prison pour violence conjugale et qu'il a été reconnu coupable de séquestration, menaces et voies de fait. 

Toutefois, le quotidien indique que c'est la mère le problème pour la DPJ même si l'enfant de 8 ans a dû se réfugier en urgence chez un ami parce qu'il avait peur de son père qui avait trop bu.

Alors que cette mère a peur que son enfant se retrouve dans un climat toxique, Le Soleil indique que le tribunal vient de décider que la garde de l'enfant restera confiée à son père. La mère, quant à elle, aura droit à des visites supervisées, alors que l'enfant souhaite vivre avec elle. Le quotidien avance que le père serait plus conciliant avec la DPJ, ce qui aurait pu lui permettre de conserver la garde de son enfant. Pourtant, rien ne plaide en sa faveur.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Soleil · Crédit Photo: Adobe Stock