Nouvelles générales : Un garçon de 9 ans meurt torturé par sa belle-mère

Un garçon de 9 ans meurt torturé par sa belle-mère

Une histoire effroyable.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Il s'agit sans doute d'une des histoires les plus effroyables qu'on a entendues au cours de la semaine et elle nous vient des États-Unis où un petit garçon de 9 ans est mort torturé par sa belle-mère.

C'est Paris Match qui rapporte l'histoire d'Emrik Osuna, un jeune garçon de 9 ans qui malheureusement ne pourra pas savoir ce que l'avenir lui réserve. En effet, il est décédé mardi dernier dans l'appartement de son père et de sa belle-mère situé dans la ville de Meridian dans l’Idaho. Le magazine raconte qu'il était victime de violence de la part de sa belle-mère depuis longtemps. Quant à son père, il ne faisait rien pour l'arrêter et était complice de ces agissements épouvantables.

Paris Match raconte que lorsque les autorités sont arrivées dans l'appartement, elles ont découvert le corps du petit garçon recouvert de bleus. Il avait aussi du vomi qui coulait de sa bouche. Les secours sont arrivés trop tard, le coeur d'Emrik ne battait plus et ils n'ont pas pu le réanimer. «Le petit garçon avait des ecchymoses sur tout le corps, en particulier sur les fesses, l'aine, les jambes et le torse. Certaines des ecchymoses étaient extrêmement grandes et couvraient essentiellement le dos de son corps», a décrit la procureure.

Crédit photo: Courtoisie

Monique Osuna, la belle-mère du petit garçon, a admis avoir frappé Emrik avec une poêle, une ceinture et même une laisse, indique Paris Match. Celle qui est âgée de 27 ans a admis que les violences se sont accentuées depuis le début de la crise sanitaire en raison de la mise en place de l'école à la maison. Parmi les tortures qu'elle lui faisait subir, le magazine parle de lui faire faire de l'exercice jusqu'à épuisement ainsi que de le nourrir que de riz et d'eau. 

Crédit photo: Courtoisie

Le calvaire d'Emrik se poursuivait même la nuit, explique Paris Match «En plus des abus physiques, elle a admis des faits de torture, elle l’enfermait dans un petit placard la nuit pour dormir», a précisé la procureure. Monique Osuna est désormais accusée de meurtre au premier degré. Le père, Erik Osuna, est de son côté accusé de blessures sur un enfant et destruction de preuves. Ajoutés à ça, les deux individus sont accusés de ne pas avoir apporté de soins à l'enfant.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Paris Match · Crédit Photo: Courtoisie