Nouvelles générales : Un homme misogyne de 20 ans menace de tuer sa belle-mère dès qu'il va sortir de prison

Un homme misogyne de 20 ans menace de tuer sa belle-mère dès qu'il va sortir de prison

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Victor Emmanuel Kings Olajide, un prédateur misogyne de 20 ans, a dit qu'il voulait tuer sa belle-mère pour venger son père depuis qu'il est enfant aux commissaires de libération conditionnelle, selon les informations de La Presse. Le détenu n'a évidemment pas obtenu sa libération conditionnelle après ces aveux troublants, même s'il avait déjà purgé les deux tiers de sa peine et qu'il doit être expulsé dans on pays après avoir purgé sa peine. 

Le jeune homme originaire du Cameroun est arrivé au Canada en 2011. En octobre 2017, alors qu'il n'avait que 18 ans, Victor Emmanuel Kings Olajide a traîné une femme qui sortait du métro Sauvé pour la forcer à poser des gestes sur lui dans un boisé. Il a menacé sa victime de la tuer si elle refusait. Trois jour plus tard, Victor Emmanuel Kings Olajide a été arrêté et il a été condamné à deux ans de prison au printemps 2019.

Selon ses intervenants, Victor Emmanuel Kings Olajide est particulièrement violent envers les femmes qu'il considère comme des « objets » et qu'il accuse d'être à la « source » de tous ses problèmes. 

Victor Emmanuel Kings Olajide blâme sa belle-mère pour la mort de son père et il a dit qu'il a agressé l'inconnue du métro Sauvé parce qu'il voulait « que quelqu’un paye » pour la mort de son père. Il ne pouvait pas s'en prendre à sa belle-mère qui était toujours en Afrique alors il s'en est pris à une inconnue.

« Lorsque questionné par la Commission sur la façon dont vous entrevoyez votre [expulsion] en Afrique, vous avez dit qu’il est possible que vous fassiez des choses “très terribles” une fois-là bas. La Commission vous a demandé si vous faisiez référence à votre intention de tuer votre belle-mère, ce à quoi vous avez dit que vous ne répondriez “ni par oui ni par non” », a indiqué la Commission, jugeant les propos de Victor Emmanuel Kings Olajide « très préoccupants », d'après les informations de La Presse.

Pendant son incarcération, Victor Emmanuel Kings Olajide a commis une vingtaine de manquements disciplinaires dont des menaces de mort et des propos déplacés envers les employés féminins. Il s'est fait prendre avec des armes artisanales et il a même dragué des agentes correctionnelles. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Courtoisie