Nouvelles générales : Un juge doit décider s'il va envoyer un agresseur en perte d'autonomie de 88 ans en prison ou dans un CHSLD

Un juge doit décider s'il va envoyer un agresseur en perte d'autonomie de 88 ans en prison ou dans un CHSLD

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le juge Pierre Simard doit décider du sort d'un octogénaire en perte d’autonomie reconnu coupable d’agression sexuelle.

Étant donné l'âge très avancé de l'agresseur, celui-ci est en perte d'autonomie et il a besoin de soins particuliers, ce qui normalement, lui vaudrait bien une place dans un CHSLD, or l'agression pour laquelle il a été reconnu coupable s'est justement produite dans un CHSLD.

Le président-directeur général du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet, a accordé une entrevue à QUB radio et celui-ci n'a pas hésité à déclarer que l'agresseur sexuel n'avait plus sa place dans un CHSLD: "Ce n’est pas une prison [...] c’est un milieu de vie. [...] Un milieu de vie, ce n’est pas une place où on garde des gens attachés ou conventionnés contre leur gré parce qu’ils ont commis un crime. J’espère qu’on va faire cette distinction-là, parce que je ne sais pas qui a plaidé ça, mais ce n’est pas fort."

Le journal Le Quotidien a rapporté que la représentante du ministère public, Me Mélanie Paré, qui exige quant à elle neuf mois de détention dans une prison, a plaidé en déclarant: "Le CHSLD (où il est) n’est pas un endroit approprié. C’est un endroit mixte. Malheureusement, ça n’existe pas dans la région des CHSLD exclusifs aux hommes. Et il est à risque de récidive. [...] Je ne veux pas remettre le loup dans la bergerie. [...] On parle de gestes très graves. En matière d’agression sexuelle, l’échelle de gravité peut aller de la tape sur les fesses à la pénétration. Dans ce cas-ci, on peut dire que les gestes sont loin dans l’échelle de gravité."

Le juge Pierre Simard fait donc face à un dilemme moral très intense, car il devra maintenant décider du sort de cet octogénaire. Il aura tout l'été pour en arriver à une décision éclairée, puis il devra faire connaître sa sentence le 25 août prochain, au palais de justice d’Alma.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Capture d'écran