Nouvelles générales : Une enseignante brise le silence concernant les lourdeurs administratives du système scolaire

Une enseignante brise le silence concernant les lourdeurs administratives du système scolaire

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Alors que la rentrée approche à grands pas, une enseignante a décidé de briser le silence concernant les lourdeurs administratives du système scolaire en raison de la situation paradoxale dans laquelle elle se trouve.

C'est Radio-Canada qui rapporte l'histoire d'Émilie, une enseignante de maternelle qui se trouve dans une situation à la fois délicate et paradoxale. Alors que la rentrée a lieu dans quelques jours, elle vient d'apprendre que la classe où elle devait enseigner a été fermée à cause d'un nombre trop important de désinscriptions. Toutefois, 5 classes de son école n'ont toujours pas d'enseignant. En raison des lourdeurs administratives du système scolaire, elle ne peut pas y enseigner et va devoir changer d'école. 

Radio-Canada raconte qu'elle a proposé de prendre en main l'une des classes, mais on lui a répondu que ce n'était pas possible parce qu'elle a l'habitude d'enseigner au niveau préscolaire. Pourtant, la radio indique qu'elle a un diplôme en enseignement préscolaire et primaire. Elle peut donc s'occuper d'une classe d'un de ces 2 niveaux. Une situation paradoxale qui s'explique par les règles en place qui semble manquer cruellement de souplesse au goût de l'enseignante qui a un poste permanent depuis 5 ans.

Pour le moment, elle ne sait pas où elle enseignera à la rentrée, souligne Radio-Canada. «On est tellement empêtrés dans des structures administratives que je ne saurai probablement pas avant le 2 ou le 3 septembre où je vais aller (...) Tout le monde travaille très fort pour m’aider, pour faire en sorte que j’aie les meilleures conditions, mais en même temps, tout le monde est pris dans cette structure». Une situation qu'elle juge épuisante. «Ça brûle ma flamme d’enseignante un peu plus chaque année», conclut-elle.

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock