Nouvelles générales : Une femme de 66 ans frappée au visage pour avoir exigé la distanciation physique

Une femme de 66 ans frappée au visage pour avoir exigé la distanciation physique

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors qu'elle attendait que la caissière du dépanneur valide ses billets de loterie, une femme d'une soixantaine d'années s'est fait frapper au visage par une cliente après lui avoir demandé de ne pas s'approcher d'elle.

C'est La Presse qui rapporte l'histoire de Louise Forget, une femme de 66 ans qui a vécu une sacrée mésaventure samedi dernier. Aux alentours de 11h du matin, elle s'est rendue au dépanneur Couche-Tard du boulevard Curé-Labelle à Laval pour acheter des billets de loterie. Alors qu'elle attendait que la caissière valide ses billets, la cliente derrière elle qui souhaitait payer sa sloche n’a pas voulu attendre son tour et s'est approchée d'elle pour donner son argent. Un geste que Louise Forget n'a pas apprécié.

Elle a raconté à La Presse qu'elle est restée polie pour éviter que la situation dégénère. «Excuse, mais il faut que tu recules(...) Tu es trop proche de moi», a-t-elle dit à la jeune femme qui doit avoir entre 25 et 30 ans avant de glisser à la caissière: «On ne s'en sortira jamais». Il s'agissait sans doute de la parole de trop pour la jeune femme qui a complètement perdu le contrôle. «Ferme ta gueule, crisse de b****», a-t-elle lancé à Louise Forget avant de lui asséner un coup de poing dans la mâchoire. Elle a fini en s’emparant de son étui de billets de loterie pour les répandre au sol.

La Presse raconte que par la suite la jeune femme a pris la fuite dans un camion VUS Audi blanc. Si la police a été appelée sur les lieux, la coupable n'a toujours pas été retrouvée. Si Louise Forget est marquée par cette agression, elle ne croit pas que cette jeune femme voulait lui faire du mal. Elle a davantage peur d'avoir été contaminée. «Mon mari a la leucémie. Si je deviens porteuse et que je lui transmets ça (...) Pour une sloche, il pourrait l’attraper et il pourrait en mourir! C’est tellement égoïste, c’est tellement… Ça fait deux jours, et dès que j’y pense, les larmes me montent».

Alors que le port du masque sera obligatoire partout au Québec dans les lieux publics fermés et partiellement couverts, les tensions entre les citoyens pourraient être plus fréquentes, estime La Presse. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock