Nouvelles générales : Une femme enceinte ligotée dans son lit puis assassinée

Une femme enceinte ligotée dans son lit puis assassinée

Un sans-abri est soupçonné de l’avoir asphyxiée…

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
46 46 Partages

Un sans-abri de 38 ans avec des antécédents psychiatriques a été arrêté dimanche à Boucau, dans le sud-ouest de la France, soupçonné d’avoir assassiné une jeune femme enceinte de huit mois retrouvée morte asphyxiée sur son lit, ligotée, et les yeux bandés.

Selon l’AFP, l'homme a été arrêté après une «courte poursuite» avec les gendarmes sur la commune de Boucau, non loin de la ville de Bayonne, ont confié lors d'une conférence de presse le procureur de la République de Bayonne, Samuel Vuelta-Simon, et le lieutenant-colonel Laurent Lesaffre, de la Section de recherches de la gendarmerie de Pau.

Pris en chasse par les gendarmes alors qu'il se trouvait «à bord d'un véhicule utilitaire volé» à Anglet, l'homme a percuté un bâtiment, avant de poursuivre sa fuite à pied. Il a alors été interpellé par les gendarmes, a précisé le procureur.

Originaire de Haute-Savoie, l'homme était «traqué depuis deux jours» après avoir été identifié à partir de «traces biologiques relevées sur les lieux» du crime, qui ont permis l’obtention de son ADN. Répertorié dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) pour des vols et dégradations, il a été rapidement identifié.

Selon le procureur, l'autopsie a révélé que la jeune femme avait été violée. Le suspect n'avait toutefois «aucun antécédent en matière sexuelle», a-t-il précisé. Il a par ailleurs annoncé que «des objets avaient disparu au domicile de la victime».

Vendredi, les premiers détails de l'autopsie avaient établi que «la jeune femme avait été asphyxiée par le bâillon qu'elle avait dans la bouche et qu'elle présentait des lésions traumatiques au visage, notamment une fracture du nez».

Le suspect vivait depuis huit ans dans la région de Bayonne, a encore indiqué le procureur. Sa dernière condamnation remonte à août 2017, trois mois de prison avec sursis et une obligation de soins psychiatriques pour des faits de vols et dégradations.

C'est le compagnon de la victime, une élève infirmière de 23 ans, qui avait prévenu mercredi soir les secours lorsqu'il avait trouvé le corps nu et sans vie de la jeune femme dans la maison qu'elle occupait à Ustaritz, au Pays Basque français. 

Partager sur Facebook
46 46 Partages

Source: Agence France-Presse
Crédit Photo: Archives