Nouvelles générales : Une Française arrêtée après s'être filmée en tenue d'Ève sur un pont

Une Française arrêtée après s'être filmée en tenue d'Ève sur un pont

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Marie-Hélène, une Française de 27 ans, a été arrêtée par la police après avoir diffusé une vidéo d'elle en tenue d'Ève sur un pont sacré. 

La scène a été filmée sur le pont sacré de la ville de Rishikesh, en Inde. 

La jeune femme a été arrêtée jeudi puis elle a été libérée sous caution. Son téléphone cellulaire a toutefois été confisqué par la police indienne. 

Si elle est reconnue coupable, Marie-Hélène risque jusqu'à trois ans de prison pour ne pas avoir respecté les règles de l'usage d'Internet en Inde. 

« Peut-être qu'en France ces choses ne sont pas considérées comme discutables, mais Rishikesh est un endroit sacré et le (pont piéton) Lakshman Jhula est le lieu où (les dieux hindous) Ram, son frère Lakshman et sa femme Sita ont traversé le Gange », a expliqué le chef du commissariat R. K. Saklani à l'Agence France Presse.

 « Elle nous a dit qu'elle vendait des colliers de perles en ligne, et que la vidéo était destinée à promouvoir son entreprise », a-t-il ajouté.

Sur le site des Ateliers Nadi dont la boutique doit être lancée le 1er septembre 2020, on retrouve un message d'excuses signée par Marie-Hélène Lapina. 

« Nous n'avions pas l'intention de blesser ou d'offenser quiconque avec le contenu que nous avons créé. Notre objectif était de lancer une campagne suffisamment pertinente et percutante pour créer une prise de conscience et avoir un impact local positif. Notre intention était, est et sera toujours de créer des opportunités uniques d'éducation et d'emploi pour les femmes défavorisées au sein de la communauté locale », a indiqué la jeune femme. 

Marie-Hélène a expliqué qu'elle souhaitait présenter le corps féminin comme « une expansion de Dame Nature ».

« Ce n'était pas une approche appropriée et nous aurions dû être plus sensibles à la culture locale. Nous regrettons que notre ignorance des traditions locales ait causé tant de douleur et offensé la communauté locale », a-t-elle avoué en annonçant que les dons remis sur chaque vente passeront de 10 % à 20 % pour offrir une formation de création de bijoux à des femmes de la communauté. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles et Atelier Nadi · Crédit Photo: Wikicommons