Une infirmière en devenir affirme qu'elle devra faire une croix sur son choix de carrière.

Elle a eu trois échecs lors d'un examen controversé

Grands Titres
Grands Titres
Publié il y a 9 mois
Une infirmière en devenir affirme qu'elle devra faire une croix sur son choix de carrière.
Clémence Fortin | Facebook

Une étudiante en soins infirmiers a publié un texte qui est devenu viral et dans lequel elle confiait vouloir abandonner sa «profession de rêve».

C'est en mars 2023 que Clémence Fortin a tenté pour une troisième fois l'examen d'admission à la profession infirmière. Les tentatives précédentes lors de l'examen de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) s'étaient soldées par des échecs, tout comme celle de mars 2023.

La jeune femme a expliqué dans son texte: «Les résultats sortent: échec. Encore. Trois tentatives, trois échecs.»

L'étudiante pourrait maintenant tenter une quatrième et dernière tentative, mais elle confie ne plus avoir la «force mentale, l’énergie et l’argent» pour s’engager dans un tel processus: « Ça ne fait pas de moi une infirmière ratée, ça fait de moi une personne résiliente et qui s’écoute. [...] Je sais que j’aurais été une infirmière empathique, humaine et persévérante. Je suis fière de moi, même si c’est dur à admettre».

Clémence Fortin a écrit ce texte dans l'espoir que l'OIIQ ne pas «laisser tomber la relève». Selon Mme Fortin, une mention d’échec à l’examen peut donner lieu à de nombreuses répercussions.

Le deuxième rapport d'étape du commissaire à l'admission aux professions, Me André Gariépy, a récemment dévoilé que l’OIIQ aurait fait échouer artificiellement des centaines de candidates lors de l'examen à l'automne 2022.

En plus d'avoir vivement critiqué l'OIIQ pour ce manque de rigueur, Me Gariépy n'a pas hésité à remettre en cause la fiabilité, la validité et la méthodologie de l'examen: «La documentation servant habituellement à la construction de l'examen et à sa validité n'a pas été révisée depuis plus d'une décennie.»

Toujours selon ce qu'a observé Me Gariépy, l’OIIQ aurait décidé en 2021 «de hausser systématiquement la note de passage au-delà de la note établie par la méthode convenue [...] en raison d’enjeux de confiance».

Près de 500 candidates à l'examen se seraient ainsi retrouvées en situation d'échecs en raison de cette hausse.

Clémence Fortin faisait d'ailleurs partie de ces candidates: «Tout de cet examen est remis en question. Tout est désuet. Je ne saurais jamais si je faisais partie des 500 étudiants qui auraient pu passer l’examen en septembre 2022.»

Rappelons que seulement 51,4% des candidates ont obtenu la note de passage de 55% à l’examen d'accès à la profession infirmière en septembre 2022.

Source: Noovo