Nouvelles générales : Une infirmière québécoise dans l'eau chaude pour ses propos sur le port du masque songe à démissionner

Une infirmière québécoise dans l'eau chaude pour ses propos sur le port du masque songe à démissionner

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que la crise sanitaire se poursuit au Québec et que la province craint une seconde vague, une infirmière se montre très critique sur les médias sociaux envers le port du masque.

C'est le magazine L'actualité qui rapporte l'histoire de Liane Venne, une infirmière québécoise qui fait parti du mouvement antimasques. Celle qui travaille chez Info-Santé a l'habitude de partager des contenus sur Facebook à ce sujet. Elle a même participé à des manifestations antimasques, dont celle devant le parlement à Ottawa le 26 août dernier. «Aujourd’hui à Ottawa, j’ai vécu quelque chose de merveilleux, de noble et qui fait du bien à l’âme. De voir des gens unis comme ça pour une même cause: pour créer un monde juste, authentique et conscient», avait-elle écrit.

Liane Venne a même été aperçue dans la bande-annonce du film "Covidences" qui se veut critique à l'égard des mesures prises par le gouvernement pour gérer la crise sanitaire, raconte le magazine L'actualité. «On est faits pour être en société. Les humains, on a besoin de contact. On a besoin de se regarder dans les yeux, de se voir le visage, se sourire, se toucher. Pis on enlève tout ça à tout le monde?», dit-elle dans cette bande-annonce.

Crédit photo: Adobe Stock

Toutefois, le magazine L'actualité explique que les propos tenus par Liane Venne pourraient lui causer des problèmes professionnels. En effet, le code de déontologie des infirmières et infirmiers est strict concernant la prise de parole. «L'infirmière ou l’infirmier ne peut poser un acte ou avoir un comportement (...) qui est susceptible de dévaloriser l’image de la profession», peut-on lire dans l'article 3. L'article 36 apporte même plus de précision:  «l'infirmière ou l'infirmier doit s’abstenir de tenir ou de participer à des conversations indiscrètes, incluant dans les réseaux sociaux, au sujet d’un client et des services qui lui sont rendus».

«Je vous confirme que le Bureau du syndic est saisi de cette situation», a indiqué au magazine L'actualité une porte-parole de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). Quant à Liane Venne, elle semble songer à la démission si l’on se fie à une vidéo publiée sur Facebook le 20 juillet dernier.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: L'actualité · Crédit Photo: Adobe Stock