Une jeune femme de 25 ans s'enlève la vie après des propos inacceptables d'un médecin

« J’espère vraiment que ma mort aidera à changer les choses »

Grands Titres

Les parents d'une jeune femme de 25 ans qui s'est enlevé la vie en décembre dernier souhaitent dénoncer les propos inacceptables qu'un médecin aurait tenus à son égard, rapporte TVA Nouvelles.

Isabelle Harvey, la mère de Christine Caron, a expliqué à TVA Nouvelles que sa fille souffrait d'un trouble de personnalité limité.

La jeune femme s'est présentée à l'urgence de l’Hôpital Anna-Laberge de Châteauguay une première fois le 9 décembre et elle y a passé la nuit. Par la suite, Christine s'est présentée à l'urgence une seconde fois le 11 décembre et elle est restée à l'hôpital pendant quatre jours.

C'est le 18 décembre qu'elle a tenté de s'enlever la vie et son décès s'est produit le 21 décembre, après qu'elle ait été maintenue en vie artificiellement pour le don d'organes.

La mère de Christine ne cache pas qu'elle se demande si sa fille a vraiment reçu les soins dont elle avait besoin lors de son dernier séjour à l'hôpital. D'autant plus qu'une lettre laissée par Christine à l'attention de ses parents indique qu'un urgentologue aurait tenu des propos dérangeants à son sujet.

Mme Harvey a expliqué: « Le médecin lui aurait dit : ''si tu avais voulu te suicider, tu l’aurais déjà fait et tu veux juste faire un show pour attirer l’attention''. C’est ce qu’elle a écrit. »

Christine Caron / Crédit photo: Courtoisie

Le père de Christine a déclaré pour sa part que sa fille a écrit une vingtaine de lettres avant de s'enlever la vie: « La 20e lettre, elle l’a écrit pour elle-même. [...] Je vais utiliser ses mots à elle. ''C’est triste, il faut faire quelque chose en tant que société pour améliorer l’aide apportée aux gens qui souffrent, aux gens qui ont des troubles de santé mentale. Je suis venue ici de mon plein gré, car mes idées noires étaient devenues insupportables. J’espère que tout changera dans le futur pour toutes les Christine dans le futur, pour toutes les Christine de ce monde qui ont des idées noires et qui veulent juste se faire aider''. »

Comme l'a rapporté TVA Nouvelles, la lettre de Christine se termine en indiquant: « J’espère vraiment que ma mort aidera à changer les choses, qu’elles ne resteront pas comme elles le sont présentement. »

À l'heure actuelle, on estime que sur cinq personnes qui se présentent aux urgences pour des problèmes de santé mentale, une seule personne est hospitalisée afin de recevoir les soins appropriés.

Signalons enfin que quatre personnes ont pu bénéficier du don d'organes de Christine.