Nouvelles générales : Une jeune Québécoise suicidaire lance un émouvant appel à l’aide

Une jeune Québécoise suicidaire lance un émouvant appel à l’aide

Son cri du cœur fait littéralement fondre en larmes…

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
126 126 Partages

Atteinte de troubles mentaux, une jeune femme de 20 ans aux pensées suicidaires tente de sensibiliser le système de santé aux terribles dangers courus en renvoyant de manière trop précoce les patients comme elle.

Brièvement hospitalisée à l’hôpital Pierre-Le Gardeur à Terrebonne jeudi dernier après une tentative de suicide, elle ne comprend pas que le personnel l’ait renvoyée chez elle après une toute petite heure sur place. Désemparée, elle a filmé une vidéo qu’elle a transmise à TVA Nouvelles dans laquelle elle donne le récit d’une soirée infernale.

«J’ai eu une grosse crise suicidaire, j’avais le mal de vivre, j’étais en détresse totale. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive. Des policiers sont venus me chercher. Ils étaient six lors de l’intervention. Ils ont dû m’attacher pour m’emmener de force par ambulance à l’hôpital. À mon arrivée, les médecins m’ont fait des points de suture aux poignets. Ils m’ont laissé sortir après les points de suture parce que je leur ai dit que j’allais bien», relate la jeune femme.

«Mais on s’entend tu pour dire que quand quelqu’un se fait arrêter par six policiers de force et qui s’en vient à l’hôpital attaché, c’est parce qu’il ne va pas très bien. À ce moment-là, j’étais juste déconnectée. Je voulais juste retourner me suicider ou retourner faire du mal aux gens parce que j’avais mal en dedans et je ne me sentais pas comprise. Une heure après mon hospitalisation, on m’a donné mon congé et je suis allée faire des délits. Les policiers m’ont à nouveau arrêtée et m’ont emmenée à l’hôpital de force. Quand je suis arrivée à l’hôpital, ça a pris deux heures avant que je vois un médecin. Ils m’ont enfermée en psychiatrie», explique-t-elle.

Selon ses dires, les autorités médicales prévoient la garder sur place jusqu’à lundi. La jeune femme craint toutefois de récidiver dès sa sortie en début de semaine.

«Dans le fond, le message que je vous dis, c’est quand quelqu’un est en détresse, qui dit qu’il a des idées suicidaires et qu’il ne va pas bien, et que vous attendez toujours qu’il fasse un délit ou qu’il se suicide, c’est souvent après qu’on intervient et vouloir faire quelque chose. Mais après, il est trop tard», conclut-elle.

Un cri du cœur qui a été entendu par le député caquiste de Masson, Mathieu Lemay, qui trouve la situation complètement inacceptable.

«Vous savez, les intervenants de l'hôpital sont débordés. Les taux d'occupation en moyenne s'élèvent à plus de 185%. Il faut cependant souligner que la Fondation de l'hôpital Pierre-Le Gardeur a décidé de verser les sommes, les profits cette année pour la santé mentale. Ça démontre qu'il y a un réel besoin dans notre région pour la santé mentale. On le voit aujourd'hui avec cette situation qui est déplorable.» 

Partager sur Facebook
126 126 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Pixabay