Une mère de Magog se retrouve à la rue car son ex a brûlé son appartement et sa voiture

« Il était fâché parce que je ne voulais pas retourner avec lui »

Grands Titres

Alors qu'il venait à peine de sortir de prison, un homme violent a brûlé l'appartement et la voiture de son ex, rapporte le Journal de Montréal.

Le quotidien s'est entretenu avec Annie Dostie au sujet de cet événement choquant qui a eu lieu le dimanche 16 octobre dernier. « J’ai tout perdu », a confié celle qui est mère de deux adolescents.

C'est lorsqu'elle était aux toilettes qu'elle s'est rendu compte que quelque chose n'allait pas. « J’ai juste eu le temps de relever mes pantalons, courir et sortir nu-pied », se souvient cette femme âgée de 41 ans.

Si aucun blessé n'est à déplorer, les dégâts matériels sont très importants. 

« En plus, mon auto a brûlé avec l’incendie. Quand tu perds tout et que tu n’es pas assurée, c’est dur », déplore Annie Dostie. 

Crédit photo: Courtoisie
Crédit photo: Courtoisie

Sans logement, elle a reçu 500 $ d'aide de la Croix-Rouge qui serviront à acheter des vêtements à ses enfants.

« C’est tout plein de suie. Il n’y a pas grand-chose de récupérable. J’en ai tellement lavé que mes ongles sont noirs », a-t-elle fait savoir.

En attendant que les choses s'arrangent, cette mère de Magog vit chez une amie et elle déplore le peu d'aide qu'elle a reçu.

« Il n’y a pas d’aide pantoute, tu n’es pas épaulée. C’est triste que le monde ne m’aide pas plus que ça ».

Le Journal de Montréal précise qu'une demande à l’Indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC) a été faite et elle est en cours de traitement. 

Son ex, Nicolas Collin, fait face à une accusation d'incendie criminel. Il fait également face à des accusations « de harcèlement criminel et de méfait sur le véhicule ». En effet, il aurait dévissé les boulons des roues du véhicule conduit par Annie Dostie.

Le Journal de Montréal précise que Nicolas Collin, âgé de 32 ans, avait été placé derrière les barreaux pour méfait à l'encontre d'Annie Dostie au mois de septembre dernier.

« Il avait lancé les airs climatisés dans mon appartement et tous mes pots de fleurs : j’avais des tomates, des piments, un citronnier... », se rappelle-t-elle.

À sa sortie de prison, il voulait renouer avec elle. Toutefois, ce n'était pas ce qu’elle voulait.

« Il était fâché parce que je ne voulais pas retourner avec lui. D’après moi, ce serait à cause de ça qu’il a [allumé l’incendie] », croit-elle