Une femme perd son travail à la prison parce qu'elle s'occupait du bébé d'une détenue.

Elle est devenue sa gardienne, puis on l'a congédiée

Grands Titres
Grands Titres
Publié il y a 8 mois
Une femme perd son travail à la prison parce qu'elle s'occupait du bébé d'une détenue.
Capture d'écran

Une femme qui travaillait en tant qu'agente correctionnelle a perdu son emploi dans un établissement à haute sécurité, car elle prenait soin du nouveau-né d'une détenue.

Roberte Bell, une femme de 57 ans de Vicksburg, au Mississippi, a expliqué lors d'une entrevue avec WLBT qu'elle avait travaillé au Louisiana Transitional Center for Women pendant plus de trois ans.

Selon Mme Bell, son travail consistait souvent à discuter avec les détenus du centre dans la salle de restauration, mais il y a quelques mois, on lui a offert la possibilité de devenir tutrice temporaire pour l'un des enfants d'une prisonnière.

La mère en question se trouvait à être Katie Bourgeois, une femme de Denham Springs, en Louisiane, qui purgeait une peine «à court terme» au LTCW.

Mme Bell a expliqué que la future maman «essayait de trouver quelqu'un qui l'aiderait à garder son bébé jusqu'à la fin de sa sentence».

L'ancienne agente correctionnelle a ajouté: «Elle était très préoccupée par le fait que les services de protection de l'enfance aient le bébé et qu'elle ne sache pas où se trouvait le bébé, car elle avait une si courte durée à purger».

Mme Bell a finalement accepté de s'occuper de l'enfant du détenu. L'ancienne employée du centre de détention en a informé son employeur, mais elle n'a jamais obtenu la moindre réponse: «Personne n'est jamais revenu sur le sujet jusqu'à ce qu'il lui reste environ deux ou trois jours pour accoucher.»

Le centre de détention affirme avoir congédié Mme Bell, car elle aurait enfreint un règlement interdisant l'échange d'informations personnelles.

Le bébé de la détenue est né dans un hôpital voisin, quelques jours après le congédiement de Mme Bell.

Même si cette décision lui a fait perdre son travail, Mme Bell dit ne rien regretter: «Je ne vais pas changer d'avis. Je ne vais pas reculer. Je n'ai jamais été ce genre de personne. »

Enfin, Mme Bell ne cache pas qu'elle a très hâte d'assister au moment où la Mme Bourgeois retrouvera enfin son fils le mois prochain.

Source: Unilad