Politique : Un populaire animateur québécois pris dans un scandale avec le nouveau président français

Un populaire animateur québécois pris dans un scandale avec le nouveau président français

La police française s’est saisie de l’affaire…

Publié le par Grands titres dans Politique
Partager sur Facebook
53 53 Partages

L’affaire des MacronLeaks a beaucoup fait jaser en marge de l’élection présidentielle et un populaire animateur québécois de radio se retrouve au cœur du scandale.

Selon le quotidien La Presse, l'animateur Éric Duhaime nie toute implication dans la diffusion des MacronLeaks par un militant d'extrême droite américain Jack Posobiec, une connaissance de l’animateur québécois qui est devenu le visage de cette affaire. Posobiec a affirmé à La Presse que M. Duhaime avait joué un «rôle déterminant» dans l'affaire, avant de revenir sur ses dires suite à une conversation avec son patron, le polémiste Ezra Levant.

«Jamais», répète Duhaime qui a passé la journée de vendredi à commenter l’affaire à différents micros de Cogeco, notamment chez Sylvain Bouchard à Québec, puis au micro de Benoît Dutrizac à Montréal avant de le faire dans l’émission qu’il anime en compagnie de Bernard Drainville.

« Je le jure à nos auditeurs : je n'ai jamais, jamais, jamais traduit un mot pour ce gars-là [Jack Posobiec]. Il n'y a jamais eu d'échange de courriels ; le premier courriel que j'ai reçu de lui, c'était [jeudi] soir quand il m'a envoyé un courriel pour s'excuser », a réitéré hier Duhaime en ondes alors qu’il était interrogé par son coanimateur. Il a ensuite admis être « entré en contact avec [M. Posobiec] » pour « avoir le lien des MacronLeaks ». Il a blâmé La Presse pour avoir produit et diffusé un article sur l'affaire.

M. Duhaime a également qualifié son collègue Jack Posobiec de « personnage un peu bizarre ». « On a affaire à un moineau qui semble apprécier beaucoup l'attention médiatique que ça lui procure de faire des déclarations toutes plus farfelues les unes que les autres », a-t-il confié.

Contacté par La Presse, Cogeco, l’employeur principal d'Éric Duhaime, a choisi de ne pas commenter la situation. «La direction de Cogeco n'émettra pas d'autres commentaires sur ce sujet puisque le tout intervient à l'extérieur du cadre de son rôle au FM93 », a écrit Christine Dicaire, directrice des communications de l'entreprise.

D’autres collègues de Duhaime ont toutefois repris la balle au bond, notamment Paul Arcand qui s’est exprimé sur le double emploi d'Éric Duhaime, qui travaille à la fois pour le FM93 et pour The Rebel. 

« Tu travailles pour un média traditionnel, a-t-il lancé. À un moment donné, il faut s'assumer dans la vie. Si tu penses que les médias traditionnels sont tous des suppôts de Satan et des relais du pouvoir, qu'on est tous des imbéciles et que la vérité se trouve sur des sites de crackpot comme ça, à un moment donné tu fais tes choix. Mais ça lui appartient. »

« Mon ami Duhaime a l'air confortable dans cet aquarium de cinglés », a ajouté Paul Arcand, pendant qu’un autre collègue à Québec, Sylvain Bouchard, a plutôt offert son soutien à Duhaime.

Côté français, la campagne d'Emmanuel Macron n’a pas fait de vague avec l’affaire. Roland Lescure, candidat du parti présidentiel aux élections législatives du mois prochain, a confié que ce sera aux autorités françaises de faire la lumière sur les MacronLeaks. « Il y aura une enquête à ce sujet et j'espère qu'elle aboutira », a-t-il laissé savoir à La Presse par courriel. 

Partager sur Facebook
53 53 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Archives